Voici les points saillants de la réunion du conseil d’administration du Réseau local d’intégration des services de santé (RLISS) de Champlain tenue à Ottawa (Ontario) le 23 janvier 2019.

Rapport du président du conseil d’administration

Le président du conseil d’administration du RLISS de Champlain, Jean-Pierre Boisclair, a préparé le terrain pour la réunion en soulignant l’importance du travail du RLISS dans des domaines comme les soins à domicile et en milieu communautaire, l’élargissement de la portée des services communautaires pour réduire les pressions hospitalières et la prestation de soins de santé de grande qualité, efficaces et durables. Il a également souligné les incertitudes de l’avenir qui ont récemment fait l’objet de rapports médiatiques.

Le président a parlé de plusieurs dimensions importantes du rôle, des réalisations et des activités du RLISS, présentant le document Voie à suivre pour améliorer les meilleurs soins aux patients - Stratégies et réussites de l’intégration Il a invité les participants à passer ce document en revue, en portant une attention particulière à l’analyse de rentabilité financière et qualitative de sept initiatives importantes récentes du RLISS. Ces programmes démontrent comment les services peuvent être adaptés pour mieux répondre aux besoins locaux, pour améliorer la qualité des services de santé et leur accès, et pour permettre de réaliser des économies considérables qui ont été réinvesties en vue de répondre à la demande croissante de services de santé. À titre d’exemple, pour chaque dollar investi dans ces initiatives, le système de santé reçoit neuf dollars en économie.

La nécessité d’adapter les programmes et les services pour répondre aux besoins locaux est d’une importance capitale. « L’Ontario est une province très vaste et très diversifiée », a affirmé M. Boisclair. « Les besoins de sa population en matière de santé varient. »

Au nombre des initiatives réussies du RLISS figurent un processus centralisé d’admission et d’évaluation pour la chirurgie de la hanche et du genou, un programme orthopédique régional, un programme régional de santé pulmonaire, des services de santé intégrés pour les sans-abri, un programme communautaire de réadaptation après un accident vasculaire cérébral et un outil de consultation électronique pour les professionnels des soins primaires qui souhaitent obtenir les conseils de spécialistes.

Décrivant le RLISS de Champlain comme un organisme allégé, M. Boisclair a indiqué que près de 99 pour cent de son budget est consacré aux services directs aux patients. Très peu de fournisseurs peuvent déclarer avoir des coûts indirects aussi faibles. Au cours du dernier exercice, le RLISS de Champlain a réduit de 1,4 million de dollars ses frais annuels de gestion et d’administration.

M. Boisclair a ajouté que le système de santé est composé d’une gamme complexe de programmes, de services et de fournisseurs. Quelqu’un doit superviser et coordonner tous les différents aspects afin de bâtir un système cohésif et complet dans l’intérêt des 1,3 million de personnes qui vivent dans la région de Champlain. Ce travail s’apparente à celui d’un « contrôleur de la circulation aérienne », qui assure le bon fonctionnement de nombreux éléments distincts.

En conclusion, M. Boisclair a déclaré que le RLISS, en tant que société d’État, reconnaît que le gouvernement provincial a la prérogative d’établir les politiques et de concevoir le système de santé.

« Nous partageons le désir d’améliorer la qualité et l’efficacité des soins de santé en Ontario », a-t-il affirmé. « Le vieillissement et la croissance de la population en font un impératif en vue de garantir des soins de santé durables pour tous. »

La réunion du conseil d’administration de janvier 2019 était axée sur la modernisation des soins à domicile, et les discussions ont porté sur les faits et les chiffres concernant les soins à domicile, les récentes réussites, l’expérience des patients et une orientation stratégique pour l’avenir. 

Les soins à domicile dans la région du RLISS de Champlain

Faits et chiffres

Le RLISS de Champlain offre des services à domicile et en milieu clinique à environ 65 000 clients chaque année et compte environ 20 000 clients actifs à tout moment. Cela représente 4 millions de visites de clients par année pour des services de soutien à la personne, des soins infirmiers et des thérapies comme la physiothérapie, l’ergothérapie et l’orthophonie.

Les services de soins à domicile du RLISS jouent un rôle clé pour aider les personnes âgées à vivre chez elles en toute sécurité et de façon autonome le plus longtemps possible. Ces services prévoient également un soutien aux soignants, qui se sentent souvent tendus et seuls.

Le RLISS emploie des coordonnateurs de soins, du personnel infirmier en santé mentale dans les écoles, du personnel infirmier d’intervention rapide desservant les patients qui ont récemment reçu leur congé de l’hôpital et certains professionnels de la santé qui offrent des thérapies. Il fait appel à des organismes fournisseurs de services surtout pour offrir des services de soutien à la personne (p. ex. de l’aide pour se laver et s’habiller) et des services de soins infirmiers (p. ex. le soin des plaies et l’administration de médicaments).

Au moment où la population vieillit et fait face à des problèmes de santé plus complexes, la demande de soins à domicile devrait augmenter considérablement. D’ici 2028, dans moins d’une décennie, le nombre de clients des soins à domicile à servir chaque année passera d’environ 65 000 à environ 87 000, soit une différence de près de 34 pour cent. D’ici 2038, ce chiffre atteindra presque 120 000, soit une augmentation d’environ 85 pour cent comparativement à la situation actuelle.

Pour chaque dollar que notre RLISS investit dans les soins à domicile, quatre dollars sont économisés au chapitre des frais hospitaliers et des frais touchant les foyers de soins de longue durée évitables, ce qui fait des soins à domicile une solution rentable pour atténuer les pressions actuelles exercées sur le système de santé.

En fait, si les patients de la région de Champlain qui reçoivent des soins à domicile étaient traités dans des hôpitaux ou des foyers de soins de longue durée, il en coûterait 130 millions de dollars de plus chaque année, ce qui exigerait 260 lits d’hôpital de soins actifs et environ 1,500 lits pour les soins de longue durée supplémentaires et 100 000 visites supplémentaires aux services des urgences, créant ainsi un fardeau supplémentaire pour un système déjà en difficulté.

Réussites récentes

Les patients de la région de Champlain ont bénéficié d’un certain nombre d’améliorations apportées aux soins à domicile au cours des dernières années.

« Cet organisme a réussi à mettre en œuvre des changements ayant une incidence importante qui ont permis d’améliorer la qualité des soins prodigués à nos patients », a déclaré Catherine Butler, vice-présidente, Soins à domicile et en milieu communautaire, du RLISS de Champlain. À titre d’exemple :

  • L’an dernier, le RLISS a mis en œuvre un programme communautaire de réadaptation après un accident vasculaire cérébral qui non seulement offre des services de grande qualité, mais aussi permet au système de santé d’économiser plus d’un million de dollars chaque année.
  • En 2017, le RLISS a mis en place un programme de soins de relève et de lutte contre la détresse pour les soignants qui a répondu aux besoins de près de 500 familles à ce jour. Le programme a réussi à alléger la pression exercée sur les soignants et à prévenir l’épuisement professionnel chez ceux-ci. Les services de soins de relève offerts sont mieux adaptés aux besoins de la famille, et les heures de soins de relève sont fixées de manière à convenir davantage aux familles.
  • Après un remaniement en 2016 du processus d’achat de fournitures et d’équipement médicaux, l’organisme aura permis au système de santé d’économiser plus de 7 millions de dollars sur cinq ans.

Expérience des patients

Les membres du conseil d’administration du RLISS ont accueilli Idongesit Inyang et son mari Ubong, qui ont donné une présentation sur leur expérience relative aux services de soins à domicile à Ottawa.

En faisant participer des membres du public aux réunions, les membres du conseil d’administration du RLISS peuvent mieux comprendre l’incidence favorable et défavorable des politiques, des programmes et des services du système de santé sur les patients.

Mme Inyang a raconté l’histoire de son remarquable cheminement vers la guérison, qui a commencé en 2013 après avoir subi une crise cardiaque à l’âge de 30 ans. Elle a été réanimée par des ambulanciers paramédicaux, puis elle est demeurée dans le coma dans une unité de soins intensifs, branchée à un système de maintien des fonctions vitales, puis elle a été hospitalisée pendant une longue période.

Puisque Mme Inyang était atteinte de lésions cérébrales qui ont entraîné la paralysie, la cécité et la surdité, son équipe de soins de santé lui a conseillé de faire une demande de lit dans un foyer de soins de longue durée. Elle a plutôt choisi de se rétablir à la maison, son mari et ses deux enfants à ses côtés, et des services de soins à domicile ont été mis en place pour subvenir à ses besoins quotidiens.

Mme Inyang a été très reconnaissante des services de sa coordonnatrice de soins du RLISS, Lyne Lalonde, qui est devenue une précieuse ressource pour déterminer ses besoins et organiser ses services à domicile, notamment les services de soutien à la personne, la physiothérapie et l’ergothérapie.

« Lyne Lalonde est comme une mère pour moi », a déclaré Mme Inyang. « Elle est toujours accessible. C’est la présence de personnes comme elle qui facilite le rétablissement. Le soutien fourni a aidé ma famille à survivre. »

L.Lalonde, U.Inyang, I.Inyang

De g. à d. : Lyne Lalonde, Ubong et Idongesit Inyang

Tout en faisant l’éloge de l’ensemble des soins reçus, le couple a également décrit les difficultés rencontrées et proposé des solutions possibles. À titre d’exemple, M. Inyang a suggéré d’augmenter le nombre d’évaluations périodiques des patients pour vérifier leurs progrès et adapter les services en fonction de leurs besoins changeants.

« La patiente doit être évaluée régulièrement pour vérifier où elle en est dans son rétablissement », a-t-il conseillé. « On peut ensuite adapter le traitement pour pouvoir accélérer le rétablissement. Sinon, nous risquons d’observer des progrès moindres. »

Voici d’autres questions soulevées par le couple :

  • communication contradictoire entre le RLISS et ses organismes fournisseurs de services sous contrat, et entre les fournisseurs de soins de santé et les patients;
  • soutien insuffisant pour les soignants;
  • écarts dans le niveau de connaissances et le degré de compassion des préposés aux services de soutien à la personne, une question qui pourrait être améliorée grâce à une formation plus exhaustive;
  • visites manquées par des préposés aux services de soutien à la personne.

Au cours des dernières années, Mme Inyang a récupéré une grande partie de ses forces. Elle est maintenant en mesure de se transférer de son lit à son fauteuil roulant toute seule. Elle a recouvré la vue et l’ouïe et elle peut de nouveau participer à la vie quotidienne de sa famille.

La décision de se rétablir à la maison a tout changé, estime le couple.

« Je me rends compte que son retour à la maison a été comme une thérapie pour elle », a dit M. Inyang aux membres du conseil d’administration du RLISS.

« Elle a immédiatement repris contact avec les enfants. La guérison a été émotionnelle. L’amour entre une mère et ses enfants était plus fort que tout médicament prescrit. Là était la clé. Je tiens donc à vous remercier de ce que vous avez fait. Vous sauvez des vies. Si ma femme est en vie, c’est grâce à vous. »

Les membres du conseil d’administration ont remercié M. et Mme Inyang d’avoir fait part de leurs précieux points de vue. Ces derniers contribueront à guider les futures priorités et activités.

Établir l’orientation future

Afin d’assurer que les services du RLISS continuent d’être fondés sur l’excellence et qu’ils répondent aux besoins croissants et changeants des résidents de la région, le RLISS de Champlain amorce une importante initiative régionale visant à moderniser les soins à domicile.

Pour ce faire, il faut transformer la façon dont le RLISS s’acquitte de ses fonctions. L’objectif consiste à mettre davantage l’accent sur le patient, à assurer de meilleurs résultats pour les patients en matière de santé et à optimiser les ressources des contribuables.
Voici ce à quoi les patients peuvent s’attendre dans le cadre de l’évolution des soins à domicile :

  • À l’heure actuelle, la coordination des soins pour les clients est axée sur les évaluations de ces derniers et sur l’allocation de services de santé adéquats. Dans un système modernisé de soins à domicile, la coordination des soins sera davantage axée sur les besoins, forces et objectifs uniques des patients et de leurs familles.
  • Les services de réadaptation sont souvent axés sur les objectifs cliniques à court terme des patients. Cette approche ne leur permet pas toujours de se rétablir et de vivre de façon autonome dans la communauté. Grâce à des modèles de soins de réadaptation plus efficaces, les patients seront plus autonomes et ils bénéficieront d’une meilleure qualité de vie, et les coûts seront moindres.
  • Les services fournis par les organismes retenus sous contrat par le RLISS peuvent parfois varier en ce qui concerne la qualité, la continuité des soins et la fiabilité. À l’avenir, ces problèmes seront réglés grâce à une meilleure communication entre les fournisseurs et patients, à une collaboration plus étroite avec les organismes afin de réduire le chevauchement des efforts et des processus au moyen d’une approche d’équipe, et à l’utilisation de paramètres de mesure plus robustes pour suivre les défis systémiques et apporter des changements positifs.

Les membres du conseil d’administration du RLISS ont poursuivi la discussion, en examinant des principes fondamentaux et des propositions futures pour moderniser les soins de santé. La discussion a porté sur les éléments clés suivants :

  • Mise à profit des gens, notamment des coordonnateurs de soins, des préposés aux services de soutien à la personne et des soignants. Plus particulièrement, le conseil reconnaît que nous ne pouvons pas sous-estimer le rôle important que jouent les soignants au sein du système de soins à domicile. Question clé concernant les soignants : Quelles mesures doit-on prendre pour renforcer et protéger ces ressources humaines essentielles?
  • Mise à profit des approches de prestation, des systèmes et des instruments. Ce travail touchera la coordination des soins, les pratiques de mise en congé, les modèles d’organismes sous contrat et les modèles de contrat, la compétitivité des organismes sous contrat, la surveillance de la qualité ainsi que le rendement et la conformité de ces organismes. Une partie de ce travail repose sur le principe du paiement axé sur les résultats plutôt que sur les unités de service. Que faudrait-il pour nous diriger dans cette voie?
  • Simplification d’un système complexe. Plus de 130 organismes dans la région offrent des services diversifiés et souvent interdépendants, qui ont tous une incidence sur les soins à domicile et d’autres services de santé. Existe-t-il des occasions de simplifier le système grâce à des fusions ou à des réallocations de services?
  • Simplification du cheminement dans le système. Le RLISS est chargé de veiller à ce que non seulement le système de santé soit facile à parcourir, mais aussi que les patients et leurs familles reçoivent un soutien adéquat pour ce faire. En quoi consiste un niveau de soutien adéquat? Les systèmes d’information en ligne sont-ils suffisants, ou faudrait-il prévoir un centre d’appels à services intégrés qui fixe des rendez-vous pour les patients dans le système de santé? 

Pour de plus amples renseignements sur les éléments ci-dessus, veuillez consulter le document du RLISS de Champlain intitulé « Modernizing Home Care » (disponible en anglais seulement).

Services en français dans l’Est d’Ottawa

Le conseil d’administration du RLISS de Champlain est chargé de veiller à ce que les francophones de la région aient accès à des services de qualité en français.

À cette fin, le conseil a approuvé un plan de services en français actualisé présenté par le Centre des ressources de l’Est d’Ottawa, organisme financé par le RLISS qui fournit un éventail de services comme la livraison de repas, le transport et des programmes de jour pour personnes âgées. Environ le tiers de ses clients sont francophones et environ 90 pour cent de ses employés sont bilingues.

En tant qu’organisme partiellement désigné en vertu de la Loi sur les services en français de la province, le Centre des ressources de l’Est d’Ottawa doit soumettre un plan de services en français actualisé au RLISS tous les trois ans.

Pour obtenir plus d'information sur les services de santé en français, cliquez ici


Sujets

  • Rapport du président du conseil d’administration
  • Les soins à domicile
  • Services en français dans l’Est d’Ottawa

Les journalistes qui désirent plus de renseignements sont priés de communiquer avec la ligne des médias : 

Nous vous invitons à assister à la prochaine réunion publique du conseil d’administration du RLISS de Champlain

  • le 27 février 2019 à 13 h
  • RLISS de Champlain - Siège social
  • 5ème étage
  • 1900, promenade City Park, Ottawa

Une semaine avant la réunion, cliquez ici, et consultez l’ordre du jour de la réunion dans la trousse du conseil d’administration daté du 27 février 2019.