Voici les points saillants de la réunion du conseil d’administration du Réseau local d’intégration des services de santé (RLISS) de Champlain tenue à Ottawa le 24 janvier 2018.

L’Hôpital d’Ottawa – Étape 1 du projet de réaménagement du campus Civic : proposition

L’Hôpital d’Ottawa effectue la planification nécessaire pour un projet important d’immobilisations visant à remplacer son campus Civic vieillissant et à mettre sur pied de nouvelles installations pouvant répondre aux besoins en matière de soins de santé du 21e siècle.

« Ce projet est d’une très grande envergure », a dit Elizabeth Woodbury, directrice de la responsabilisation du système de santé, au conseil d’administration du RLISS. « Il s’agit d’un plan qui vise à réaménager le campus Civic grâce à de nouvelles installations ultramodernes. Ce plan, dont l’ampleur est sans précédent dans l’histoire du RLISS, aura des implications pour bien plus que le campus Civic. Il y en aura pour les autres campus de l’Hôpital d’Ottawa ainsi que pour le système de santé de la région de Champlain. »

Des représentants officiels de l’Hôpital d’Ottawa ont mené un exercice détaillé afin d’effectuer la planification nécessaire pour l’aménagement du nouveau campus. Ils ont préparé une proposition précisant la distribution des programmes et des services de santé au nouveau campus ainsi qu’aux campus Général et Riverside. Sept principes ont orienté l’élaboration de la proposition :

  • Améliorer l’expérience du patient et de la famille
  • Améliorer la santé, le bien-être et le rétablissement
  • Encourager l’innovation et la recherche
  • Éduquer les talents de calibre mondial de demain
  • Intégrer les services à la communauté
  • Aider à préserver l’environnement
  • Stimuler le moteur économique de la communauté

Le rôle du conseil d’administration du RLISS était de déterminer si le plan de l’Hôpital d’Ottawa pour les services et les programmes de santé futurs s’harmonise aux priorités du système de santé local. Le choix de l’emplacement du nouveau campus et la conception physique des installations ne relèvent pas de la compétence du conseil d’administration du RLISS. 

Cameron Love, vice-président exécutif et chef des opérations de l’Hôpital d’Ottawa, a donné aux membres du conseil un sommaire expliquant ce que le nouveau campus offrira. Par exemple, les services spécialisés de réadaptation seront consolidés au nouveau campus et seront offerts au même emplacement que les disciplines connexes comme les neurosciences, la traumatologie et les soins vasculaires. Les services hospitaliers de santé mentale seraient aussi consolidés au nouveau campus et comprendraient une zone d’observation pour les patients à risque élevé dans la salle d’urgence du campus Général que toutes les spécialités pourront utiliser, y compris les services de santé mentale.

C Love
Cameron Love donne une présentation au
conseil d’administration 

Le nouveau campus et le campus Général offriraient un plus grand nombre de chambres individuelles afin de mieux respecter la vie privée des patients et d’améliorer la prévention des infections. Plusieurs autres programmes et services seraient consolidés au campus Général, comme l’oncologie, les soins pulmonaires et les soins des yeux. Les services qui appuient les salles d’urgence seraient offerts aux deux campus offrant des soins aux patients hospitalisés.

M. Love a expliqué que les planificateurs ont tenu compte de la nature en constante évolution des soins de santé, notamment en ce qui a trait aux technologies changeantes et modèles de prestation de services.

« Nous avons eu de longues discussions au sujet de ce que nous faisons aujourd’hui et de ce que nous ferons dans dix ans, et ce, pour chacun des services », a-t-il ajouté.

Le conseil d’administration du RLISS a approuvé la soumission de l’Hôpital d’Ottawa et a reconnu qu’elle s’harmonise avec les priorités indiquées dans le Plan de services de santé intégrés 2016-2019 du RLISS de Champlain. Cette soumission s’aligne aussi sur le rôle actuel et voulu de l’Hôpital d’Ottawa au sein du système de santé et fait preuve de l’engagement de l’Hôpital à travailler avec les partenaires du système de santé pour créer en collaboration le système de santé de l’avenir.

La proposition de l’Hôpital d’Ottawa sera maintenant transmise au ministère de la Santé et des Soins de longue durée pour un examen supplémentaire.

Le président du conseil d’administration du RLISS de Champlain, Jean-Pierre Boisclair, a remercié les membres du personnel de l’Hôpital d’Ottawa pour leurs travaux approfondis sur cette initiative cruciale. « Nous savons qu’il reste beaucoup de chemin à faire dans votre parcours, et pour nous aussi. Nous sommes ravis de passer à la prochaine étape. »

Parcours vers des niveaux de soins appropriés : Pressions liées aux taux d’occupation des hôpitaux

AméliorerChantale LeClerc, chef de la direction du RLISS de Champlain, et Cal Martell, vice-président de l’intégration, ont parlé au conseil d’administration des défis les plus importants auxquels fait face le système de santé de la région. Mme LeClerc et M. Martell se sont concentrés sur les taux d’occupation des hôpitaux et des transitions entre les divers types de soins offerts aux patients au sein du système de santé.

Trois hôpitaux dans la région de Champlain, soit l’Hôpital d’Ottawa, l’Hôpital Queensway Carleton et l’Hôpital communautaire de Cornwall, doivent régulièrement composer avec des taux élevés d’occupation, ce qui fait en sorte que les patients doivent attendre longtemps à la salle d’urgence avant d’être admis. En contrepartie, d’autres hôpitaux dans la région de Champlain ont des lits vides. En moyenne, le taux d’occupation des hôpitaux de soins actifs de la région de Champlain est de 94 pour cent. La région de Champlain dispose de 147 lits de soins actifs par 100 000 habitants, ce qui est plus élevé que la moyenne provinciale de 122 lits par 100 000 habitants.

« La question que nous devons nous poser est : est-ce que nous utilisons ces lits de manière appropriée? » a demandé Mme LeClerc. Elle a ensuite mis l’accent sur l’importance d’améliorer le transfert des patients des hôpitaux spécialisés à des hôpitaux plus près de leur domicile.

« Puisque le territoire du RLISS de Champlain est étendu, certains services spécialisés sont concentrés dans un petit nombre d’hôpitaux. Les gens des plus petites villes se rendent à leur hôpital pour être stabilisés, mais il y a un afflux de personnes qui doivent être transférées vers de plus gros hôpitaux comme l’Hôpital d’Ottawa », a-t-elle expliqué. « Lorsqu’ils ont obtenu les soins nécessaires, ils doivent retourner à leur hôpital d’origine pour que nous puissions libérer les lits de soins spécialisés pour les gens qui ont besoin de ce niveau de soins. Dans notre région, dans 60 pour cent des cas, les patients retournent à leur hôpital d’origine dans 48 heures. Nous avons une occasion importante de rapatrier les patients plus rapidement, ce qui permettrait de libérer les lits des hôpitaux qui ont un taux d’occupation élevé et ainsi permettre à la personne qui attend à la salle d’urgence d’être admise plus rapidement. »

Les membres du conseil ont discuté des façons de rapatrier ces patients de manière plus efficace dans l’ensemble du système de santé. Compte tenu des données récentes, ces travaux sont cruciaux. En fait, dans la région de Champlain, le taux de patients à l’hôpital qui attendent d’obtenir leur congé pour passer à un autre niveau de soins (taux qu’on appelle ANS ou patients désignés ANS) a diminué énormément de 2010 à 2015, mais malheureusement, ce taux a augmenté de nouveau durant les dernières années.

Mme LeClerc a donc proposé de revigorer l’approche Chez soi avant tout, qui met l’accent sur l’obtention du congé des personnes hospitalisées afin qu’elles retournent chez elles en obtenant des soutiens. Elle croit que cette approche devrait être le premier objectif au lieu d’inscrire automatiquement le nom du patient sur la liste d’attente des foyers de soins de longue durée. Mme LeClerc a aussi parlé de la stratégie en matière de soins subaigus, qui permet d’ajouter des ressources supplémentaires aux services de réadaptation.

De plus, Chantale LeClerc a donné des renseignements au sujet des activités appuyées et mises en œuvre par le RLISS de Champlain en collaboration avec ses partenaires dans le but d’améliorer les transitions des patients et la qualité des soins. Ces activités comprennent des stratégies comme les programmes de prévention des chutes afin d’éviter les visites à l’urgence, les services d’aide à la vie autonome pour que les personnes âgées peuvent vivre en santé chez elles, et un élargissement des programmes communautaires afin que les personnes atteintes de problèmes de santé complexes (comme les lésions cérébrales acquises) puissent quitter l’hôpital plus rapidement. Elle a aussi parlé d’améliorations liées au rendement des hôpitaux comme le nettoyage plus efficace des chambres des patients afin que de nouveaux patients puissent y être admis plus rapidement.

« Nous en faisons beaucoup depuis quelque temps pour s’attaquer à ce problème, » affirme Mme LeClerc. « Il n’y a pas une seule solution pour régler ce problème. Nous devons nous y prendre de tous les angles en même temps. »

Le conseil d’administration a adopté une résolution selon laquelle les efforts seront concentrés sur la planification des congés dans les hôpitaux. Cette résolution comprenait aussi l’embauche d’un professionnel de la santé chevronné qui appuiera l’amélioration du flux des patients entre les hôpitaux. 

Rapport trimestriel sur la performance

Le RLISS de Champlain produit un rapport chaque trimestre au sujet des 13 indicateurs qu’utilise le ministère de la Santé et des Soins de longue durée pour s’assurer que le RLISS est responsable du rendement global du système de santé. Ces indicateurs mesurent l’efficacité du système de santé régional dans les domaines de la santé et le bien-être, la qualité et la durabilité des soins, l’accès au système, l’intégration et les soins à domicile et en milieu communautaire.

Le rapport du deuxième trimestre de 2017-2018 (juillet à septembre 2017) a montré qu’en moyenne, le RLISS de Champlain était à 82 % de l’atteinte de ses cibles en général.

Allison Lampi, spécialiste principale de la performance du RLISS de Champlain, a expliqué que la région de Champlain obtient de bons résultats dans trois domaines clés : la réduction des temps d’attente pour l’arthroplastie d’une articulation, la prévention des réadmissions à l’hôpital pour une maladie chronique et la réduction du taux de personnes aux prises avec un problème de santé mentale ou de toxicomanie qui se rendent à l’urgence de manière répétée.

A Lampi
Allison Lampi, spécialiste principale
de la performance

Grâce à l’augmentation des investissements du RLISS, plus de gens reçoivent des services de soins à domicile, ce qui représente un développement positif. Toutefois, le taux d’annulation de rendez-vous en soins à domicile a grimpé. Le RLISS travaille donc avec les fournisseurs de services de soins à domicile sous contrat pour régler la situation. Une pénurie à l’échelle provinciale de préposés aux services de soutien à la personne a contribué à ce problème.

La durée du séjour à l’urgence est particulièrement problématique, tant pour les patients à besoins complexes que pour les patients dont le cas n’est pas compliqué. Les membres du conseil d’administration ont qualifié d’inacceptables ces temps d’attente. Pour remédier à cette situation, le RLISS a mis en œuvre un certain nombre de mesures pour améliorer le flux des patients dans les hôpitaux et entre les différents hôpitaux. Le RLISS a aussi financé des initiatives permettant d’éviter les admissions non nécessaires à l’urgence, comme les programmes communautaires de soins donnés par des ambulanciers paramédicaux.

En dernier lieu, le conseil d’administration du RLISS a reçu un rapport sur le rendement de l’organisme durant le troisième trimestre de 2017-2018 (octobre à décembre 2017). Le RLISS de Champlain suit les résultats de 53 initiatives alignées sur les priorités de son Plan de services de santé intégrés et son rôle dans la mise en œuvre de la Loi de 2016 donnant la priorité aux patients. Parmi les 53 initiatives, elles étaient toutes sur la bonne voie sauf pour trois.

Ententes de responsabilisation en matière de services des fournisseurs de services de santé : Obligations locales pour 2018-2019

Les ententes de responsabilisation en matière de services établissent les obligations et les responsabilités du RLISS et des fournisseurs de services de santé qu’il finance. Une entente doit avoir été signée avant que le RLISS puisse accorder un financement à un fournisseur de services de santé.

Le conseil d’administration du RLISS a reçu une mise à jour au sujet des ententes de 2018-2019 à conclure avec les hôpitaux, les centres de santé communautaire, les foyers de soins de longue durée, les organismes communautaires de soutien et les organismes fournissant des services de santé mentale et de lutte contre les dépendances.

Chaque RLISS ajoute aux ententes des obligations et des indicateurs qui traitent précisément des priorités et des difficultés dans sa région. Dans la région de Champlain, ces obligations et indicateurs locaux appuient cinq thèmes :

  • Améliorer les soins des patients les plus complexes
  • Favoriser un flux amélioré de patients entre les différents niveaux de soins du système de santé
  • Faire progresser la transformation du système afin de fournir les bons soins, au bon moment et au bon endroit
  • Fournir des soins adaptés sur le plan culturel
  • Améliorer la valeur et la durabilité du système de santé régional

Les prochaines étapes comprennent des consultations avec les fournisseurs de services de santé, l’achèvement des énoncés de chacune des obligations locales et enfin, l’exécution des ententes de responsabilisation en matière de services de 2018-2019.

Le conseil d’administration a appuyé les obligations propres au RLISS de Champlain et a convenu qu’elles s’harmonisaient au mandat de transformation du RLISS, aux priorités stratégiques et aux mesures du rendement. Les membres du conseil ont encouragé le personnel du RLISS à adopter de plus en plus des indicateurs qui mesurent les résultats pour les patients.

Liste des fournisseurs de services de santé

Ententes de responsabilisation


Sujets

  • L’Hôpital d’Ottawa – projet de réaménagement du campus Civic
  • Parcours vers des niveaux de soins appropriés : Pressions liées aux taux d’occupation des hôpitaux
  • Rapport trimestriel sur la performance
  • Ententes de responsabilisation en matière de services des fournisseurs de services de santé : Obligations locales pour 2018-2019


Les journalistes qui désirent plus de renseignements sont priés de communiquer avec la ligne des médias : 


Nous vous invitons à assister à la prochaine réunion publique du conseil d’administration du RLISS de Champlain

  • le mercredi 28 février 2018
  • RLISS de Champlain - Siège social
  • 5ème étage
  • 1900, promenade City Park, Ottawa

Une semaine avant la réunion, cliquez ici, et consultez l’ordre du jour de la réunion dans la trousse du conseil d’administration daté du 28 février 2018.